JEAN DIVASSA NYAMA

Jean DIVASSA NYAMA est né le 1er juin 1962 dans un petit village aux environs de Moabi (sud Gabon).

Il a grandi dans une famille de quatorze enfants. Très jeune, il s'est passionné pour la littérature et l'histoire. Il a intégré une troupe de théâtre en 1978, "Douera", avec laquelle il a participé à la création de nombreux ballets.

Professeur d'anglais de formation, il vit actuellement à Libreville. 

Jean DIVASSA NYAMA est également journaliste (il a longtemps été collaborateur au journal "L'UNION" et dirige actuellement le magazine littéraire "L'Air du Temps"). Il anime aussi des émissions hebdomadaires de radio, et de télévision.

Particulièrement dynamique au plan de la promotion de la littérature gabonaise, il est Vice Président de l'Union des Ecrivains Gabonais (UDEG), Secrétaire perpétuel honoraire de la Fondation Raponda Walker, Secrétaire Général de l'association LA CASE.

Donnons lui la parole. Nul n'est mieux placé que lui pour se définir (extrait d'une interview réalisée par Franck Salin et publié sur Afrik.com :

"Je suis né du ventre de l’oralité. Mais pour communiquer avec l’autre, j’ai dû passer à l’écriture. Quand je suis rentré en Sixième, à Magoumba, j’ai eu des amis téké, fang, vili… Pour échanger avec eux, il a fallu que je me mette à l’écriture du français. Dès l’âge de 14 ans, j’ai publié mes premiers textes dans L’Union, le quotidien national. Ensuite, je me suis dit qu’il fallait passer à autre chose, m’investir dans l’écriture romanesque pour laisser une trace.
Mes écrits sont des lettres que j’écris à mon frère jumeau, pour lui montrer comment est la société. Mon frère jumeau est né prématuré et n’a pas survécu. Et moi, j’ai le souci de témoigner pour ce frère jumeau, c’est à dire pour tous mes semblables, les êtres humains, et les nouvelles générations. Mais mes écrits sont enracinés dans le vécu du pays. Je fais de la littérature africaine parce que j’écris à partir des réalités africaines. J’écoute les gens, j’entends leurs cris, leurs paroles, j’observe le balancement de leurs hanches"

Moabi, 1973, dans la concession familiale, en compagnie de ses soeurs

Lambaréné, 1983, d'un pas alerte sur la route du lycée.

 

Libreville, 1998, interview à Radio Soleil en compagnie de Linda Bekale et Mbuluku

Libreville, 1998, interview à la RTG chaîne 2

 

Dakar, 2000, Jean Divassa représente les écrivains gabonais

Libreville, 2000, avec les membres de la Fondation Raponda Walker

 

Libreville, 2001, au collège Saint  Norbert

Libreville, 2002, au CCF Saint-Exupéry, débat passionné.

 

Libreville, 2002, devant le CCF Saint-Exupéry, avec les lauréats du concours des lycéens.

Libreville, 2002, au Rapontchombo, présentation et dédicaces du roman "Le Bruit de l'héritage".

 

Versailles, 2003, visite du château

Paris, 2003, au Salon du Livre, en compagnie de Michel Cadence (Editions Ndzé) et de Khadi Hane.

 

Paris, 2003, au Salon du Livre, Monsieur Neuville, Président de l'ADPF accueille son invité.

Paris, 2003, au Salon du Livre, avec à droite Raoul J. Agonse, attaché de presse de Présence Africaine.

 

Lille, 2003, en compagnie de Khadi Hane. dans quelques instants, nous allons trouver chez un antiquaire une carte postale....

...Mourindi, 1920, sur la trace de Dimungue, à Mourindi, près de Loango. Peut-être un de ces enfants est-il ce héros si sympathique qu'on retrouve dans la trilogie de la Calebasse?